Pour quelles raisons un rachat de crédit peut-il être refusé ?

Pour quelles raisons un rachat de crédit peut-il être refusé ?

Atteint du syndrome du fichage bancaire?

Vous vous demandez, pourquoi diable l’organisme prêteur vous tourne le dos lorsqu’il s’agit de racheter votre crédit? Eh bien, cher ami, l’explication la plus simple pourrait être qu’ils vous ont étiqueté comme un client à risque, autrement dit : vous êtes fiché bancaire.

Si le fichier central des chèques (FCC) ou le fichier des incidents de crédits aux particuliers (FICP) de la Banque de France vous connaît par votre prénom, alors, mon brave, votre dossier pourrait se retrouver à la poubelle plus vite qu’on ne dit « faillite ».

Après tout, ces organismes de crédit font leur petite enquête avant de décider si oui ou non ils rachètent un prêt. Et un détective n’est pas nécessaire pour trouver votre casier judiciaire financier.

Alors, avant même de penser à déposer votre demande de rachat, mieux vaut régler vos comptes avec vos créanciers. Remboursez vos dettes, vous savez, celles qui ont mis votre nom en néon clignotant sur ces listes.

Souvenez-vous que toute dette payée est une victoire et votre nom sera chaleureusement rayé de la liste noire par la Banque de France elle-même. Oui, exactement comme défriender quelqu’un sur Facebook.

Oui, mais attention, la Banque de France n’est pas la seule à avoir un fichier. Si vous êtes fiché auprès d’un autre organisme financier, le même scénario pourrait se répéter dans toute leur famille élargie, puisque ces banques adorent toiser les niveaux de risque en famille élargie.

Le conseil à retenir : soyez sur vos gardes! Un fichage, même discret, est un frein impenetrable à votre demande de rachat de crédit. Vous ne voudriez pas que votre dossier se retrouve bloqué indéfiniment, n’est-ce pas?

A lire aussi:  A quoi correspond le prélèvement MEDIATIS ?

Vous avez de mauvais antécédents financiers

Lorsque vous allez déposer votre demande de rachat de crédit auprès du prêteur, ce dernier va vous demander des pièces justificatives, notamment vos relevés bancaires sur les trois derniers mois.

Le but est de mieux appréhender vos habitudes financières, et votre capacité à rembourser vos mensualités.

Si vous avez des difficultés temporaires causées par une situation délicate (comme une séparation, la perte de votre emploi ou un déménagement), l’organisme sera généralement indulgent et ne considérera pas qu’il s’agissent d’un comportement manifestement dépensier.

Mais si votre dossier financier révèle que vous avez contracté de nouveaux crédits après avoir bénéficié d’un premier regroupement, il en déduira certainement que vous représentez un risque trop fort, et votre demande sera rejetée.

Mais aussi, parmi les autres raisons pouvant expliquer un rejet de votre demande de rachat de crédit, on peut également citer :

  • Un éventuel litige avec l’organisme de prêt
  • La non-conformité de votre dossier aux critères d’admissions.

Attention, car chaque banque a ses propres critères. Ils peuvent d’ailleurs porter sur votre âge, le nombre de crédits contractés en cours, votre situation familiale ou la détention ou non d’un emploi stable.

Ils leurs permettent de juger de votre capacité à rembourser votre prêt dans sa totalité.

Et avec la crise, autant vous prévenir que ces critères sont de plus en plus durs et font nettement augmenter le taux de refus en matière de rachat de crédit.

Un conseil : Avant le rendez-vous, perfectionner votre dossier de demande de crédit.

Lorsque le couperet tombe : Rachat de crédit refusé, et maintenant ?

pourquoi le regroupement de vos crédits est refusé

Imaginez un instant : Vous avez réuni tous vos plumages financiers, préparé un dossier soigné pour le rachat de votre crédit, lorsque soudain la nouvelle tombe. Une douche froide. La banque dit « non ». Eh bien tenez bon, ça n’a rien d’un séisme financier ! Rappelez-vous, s’il y a bien une chose à comprendre avec ce rejet, c’est que vous n’avez strictement rien à déballer de votre poche pour eux. Vous ne leur devez rien du tout.

A lire aussi:  Comment l'inflation affecte-t-elle la France en 2022 ?

Si jamais un courtier louche pointe son nez en essayant de vous réclamer des frais de gestion de dossier, soyez sur vos gardes. Il foule aux pieds la loi MURCEF, et ça, ça ne rigole pas. Cette loi à l’intérêt des emprunteurs se pose comme un bouclier pour vous. Elle chasse les frais indus, ne permettant à un créancier de vous coûter le moindre centime que lorsque le rachat est en poche.

Drapeau rouge bancaire: Vous êtes fiché

Un autre point crucialement important : jouez carte sur table avec vous-même avant de faire votre demande. Prenez rendez-vous avec Dame Banque de France. Demandez-lui directement, sans fioritures, si vous êtes fiché bancaire. C’est aussi simple que de se rendre sur place.

Si votre nom apparaît sur la liste du redouté fichier du FICP, ne gâchez pas votre énergie sur une démarche qui risque, hélas, de mener à un cul-de-sac. Faites-vous un café, respirez profondément et pensez d’abord à éponger vos dettes auprès du vilain créancier qui vous a fiché.

Si par chance vous êtes en possession d’une maison, d’un appartement, bref d’un bien immobilier, la clé pour rachat de votre crédit hypothécaire n’est pas loin!

Mais pour tout dire, le jackpot, c’est le dépôt d’un dossier de surendettement. Une fois accepté par cette commission extraordinaire à la Banque de France, vous pouvez envisager un avenir plus radieux.

Echos du passé : De mauvais antécédents financiers

Ok, le passé est un fantôme qui ne veut pas vous lâcher. Vous avez des antécédents financiers peu reluisants ? N’abandonnez pas pour autant ! Jeux de mains, jeux de vilains : tentez le coup avec les établissements moins pointilleux sur les profils des demandeurs de regroupement de crédit.

A lire aussi:  Nicolas Vix: Un leader inspirant dans le monde des affaires

Oui, bien sûr, certains seront moins rigides avec les critères, mais attention, il y a un hic. Leurs taux risquent de gonfler comme un ballon.

Dites-vous bien une chose : il n’y a pas de mal à prendre son mal en patience. Si vous le pouvez, tournez-vous vers la bienveillante commission de surendettement. Attendez un peu que les tempêtes de vos finances se calment et que vos dettes diminuent.

Une fois l’horizon dégagé, vous pourrez construire un dossier en béton armé (mais gardez en tête qu’un délai de 6 mois entre chaque demande est de rigueur).

C’est pas vous, c’est eux : Votre profil n’est pas leur tasse de thé

Toutes les banques ne battent pas au rythme du même tambour. S’il se trouve que vous n’avez pas le profil que vénère une banque particulière, ce n’est pas la fin de la route ! D’autres établissements pourraient tout à fait tomber sous le charme de votre dossier.

Attention cependant à ne pas vous jeter dans la gueule du loup. Plus le créancier est prêt à fermer les yeux sur vos faiblesses, plus ses taux d’intérêt risquent de jouer les montagnes russes. Il vaut mieux prévenir que guérir : ne vous fiez pas à une étoile filante.

Pour vous garantir un voyage sans embûches, une bonne idée est de chercher l’aide d’un courtier, pourquoi pas du site Solutis.fr. Il saura vous guider vers le créancier adapté, vous évitant de gaspiller votre temps précieux à déposer des tonnes de demandes aléatoires.

À Propos de l'autEUR

Pierre Manceau
C'est à travers ce blog que je partage tous mes conseils financiers et divers placements pour gagner de l'argent. Ne ratez rien sur la finance en ajoutant mon blog à vos favoris

Laisser un commentaire